Exhibition: Carte Blanche à Christian Lacroix – an artistic novel of the 18th Century

Pour sa réouverture, le musée Cognaq Jay, petit bijoux d’architecture situé dans un hôtel particulier en plein cœur du Marais, offre la possibilité au créateur à la renommée mondiale de réapparaître sous les projecteurs. Le couturier a depuis toujours été attiré par les fastes de la scène, reprenant régulièrement comme source d’inspiration les modes de siècles passés, les renouvelant, les adaptant à une garde-robe contemporaine et luxueuse. L’Histoire de la Mode le passionne, le design est quant à lui resté incontournable dans la nouvelle vie de cet artiste visionnaire. Il se présente lui-même comme un “décorateur”, imaginant cette exposition comme une aventure temporelle et comme une rétrospective en mouvement des arts. Rien n’est figé, tout évolue, se transforme en s’inspirant d’un héritage accumulé au fil des siècles, et en ajoutant la touche qui est propre à l’époque. Les sources d’inspirations du XVIIIème varient des arts antiques aux exotismes récemment découverts en Asie. Ce véritable “siècle des Lumières” est emprunt d’une soif de renouveau, de révolution dans les mentalités. Et c’est ce pourquoi il est toujours d’actualité aujourd’hui, toujours aussi moderne, toujours aussi attirant. C’est d’ailleurs un autre Christian, un autre couturier intemporel, qui a été profondément inspiré par le XVIIIème siècle, à ce point qu’il l’a remis au goût du jour dans les années 50, provoquant rejet et admiration. Christian Dior, Christian Lacroix, deux âmes admiratives, qui allient si bien aujourd’hui et hier.

Mais le XVIIIème siècle, à l’image de cette exposition, est partagé entre deux thèmes récurrents qui forment le “fil rouge” de la visite. La place fondamentale de la sociabilité avec l’émergence des salons grâce auxquels les idées philosophiques se propageaient. Les bals et les spectacles n’ont jamais été si populaires, lieux de mixité rassemblant les nobles et le peuple en un seul endroit. L’émergence de l’individu est tout aussi important, je parlerais même d’émergence d’esprit de groupe avec des revendications qui se font plus claires, plus nombreuses, plus unifiées, ce qui donnera lieu à une révolte nationale. Là encore, Christian Lacroix nous surprend en abordant le thème sous l’angle du portrait, véritable consécration intime de la personnalité.

Le tout ponctué d’ici de là de costumes de théâtres, de silhouettes en S, propres à ce siècle puritain en matière de mode, de gravures charmantes issues du “Journal des Dames et des Modes”, et bien sûr des œuvres contemporaines qui jouent le rôle de ponts, actualisant les arts de ce siècle et rehaussant leur portée et leurs revendications.

This slideshow requires JavaScript.

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s